Auto-​édition papier : imprimer ou publier son livre ?

 
Certains auteurs font appel à nos services pour auto-​éditer un récit de vie, le journal d’un ancêtre ou leurs mémoires en une trentaine d’exemplaires, réservant les livres imprimés à leur entourage. Pour d’autres, la question d’une extension du cercle de leurs lecteurs se pose. Dans ce cas, quelle diffusion choisir, comment s’organiser ? Voici un billet pour faire le tri entre les dif­fé­rentes options qui s’offrent à vous.

 

L’impression simple de votre livre (hors opération commerciale)

Vous avez retrouvé le journal de votre grand-​père ou avez écrit vos souvenirs d’enfance et sou­hai­te­riez trans­mettre ces contenus à votre entourage, famille et amis. Un tirage d’une cin­quan­taine d’exemplaires vous paraît suffisant. Bonne nouvelle : l’impression à la demande (ou book on demand) a rendu possible la réa­li­sa­tion de petits projets d’édition de ce type. Si vous envisagez de sim­ple­ment offrir votre livre et non de le vendre, alors une impres­sion simple convien­dra très bien. Vous n’aurez besoin ni d’un ISBN ni de procéder au dépôt légal.

 

La publication de votre livre 

Votre livre a-​t-​il vocation à rester dans le cercle familial ou présente-​t-​il un intérêt qui pourrait inté­res­ser un public plus large ? La presse locale ou spé­cia­li­sée va-​t-​elle lui consacrer un article sus­cep­tible d’étendre le champ de ses lecteurs ? Allez-​vous vous appuyer sur votre réseau (amical, pro­fes­sion­nel, asso­cia­tif) ? Si oui, prévoir la diffusion de votre livre se justifie, bien sûr. Vous allez donc publier votre livre, c’est-à-dire le mettre à la dis­po­si­tion d’un public en le vendant. (S’informer sur le prix unique du livre.)

 

Vous souhaitez vendre votre livre vous-​même

Vous avez décidé de mettre votre livre en vente. Là encore, plusieurs cas de figure sont possibles. Il convient de bien réfléchir au mode de diffusion qui cor­res­pon­dra le mieux à votre projet. Si vous disposez d’un site internet/​blog, que vous envisagez de laisser votre livre en dépôt dans des espaces de vente physiques, ou encore de le vendre au cours de ren­contres publiques, vous serez effec­ti­ve­ment en mesure de vendre votre livre en vous chargeant vous-​même de sa diffusion. Si vous envisagez un tirage important (500 exem­plaires minimum), l’impression offset en impri­me­rie peut être envisagée. Sinon, l’impression numérique, et en par­ti­cu­lier l’impression à la demande, vous permettra de passer commande de quantités plus réduites (dès un exem­plaire), afin de gérer au mieux votre stock de livres. Vous achèterez votre livre au prix du coût de fabri­ca­tion facturé par l’imprimeur, auquel s’ajouteront des frais de port.

 

Des archives photos au récit de vie

 

Vous souhaitez vendre votre livre sur une plateforme

Par ailleurs, certaines pla­te­formes proposant d’imprimer son livre à la demande possèdent des espaces de vente en ligne. Ainsi, rien ne vous empêche de mettre votre livre en vente sur ces derniers, afin de permettre à vos lecteurs de le commander direc­te­ment sur internet (de plus, vous n’aurez pas à vous charger de l’expédition). Les livres seront imprimés au fur et à mesure des commandes passées. Dans ce cas de figure, la pla­te­forme facture l’impression et prélève un pour­cen­tage sur le prix de vente que vous avez défini. Un dis­po­nible vous est donc versé ensuite pério­di­que­ment. D’une pla­te­forme à l’autre, le coût de fabri­ca­tion et le pour­cen­tage prélevé sur le prix de vente varient, évi­dem­ment. Par exemple, celles qui proposent de réfé­ren­cer votre livre pour que les librai­ries puissent en passer commande per­çoivent une marge plus impor­tante. Votre propre « marge de manœuvre » résidera donc dans le choix du prix de vente.

 

La déclaration des revenus issus des ventes de votre livre auto-​édité

Si vous décidez de publier votre livre pour le vendre, et non plus sim­ple­ment de l’imprimer, vous allez procéder à une opération com­mer­ciale. Il vous faudra donc déclarer ces ventes. Chaque projet étant par­ti­cu­lier et chaque auteur ayant son statut propre, il est conseillé de contacter l’administration fiscale pour obtenir des réponses cor­res­pon­dant à votre situation. Ou, le cas échéant, de s’adresser à un pro­fes­sion­nel (avocat, expert-​comptable) afin d’anticiper cette question du cadre juridique pour votre projet d’auto-édition. Pour une première approche, nous vous recom­man­dons la lecture du livre de l’avocate Joëlle Verbrugge J’édite mon livre tout seul !, elle y distingue notamment quatre types de situa­tions :

  • l’auteur s’auto-éditant sans numéro de SIRET, qui pourra selon certaines condi­tions déclarer ses revenus comme des bénéfices non com­mer­ciaux.
  • l’auteur avec un numéro de SIRET d’artisan ou de com­mer­çant qui déclarera quant à lui un chiffre d’affaires. Le micro-​entrepreneur (ancien­ne­ment auto-​entrepreneur) fait partie de cette catégorie.
  • la situation de l’artiste avec un numéro de SIRET : l’auto-édition étant régie par le droit des contrats, on ne parle plus de droits d’auteur et l’artiste est donc soumis à un deuxième régime fiscal.
  • l’auto-édition faite au nom d’une société exploitée où les bénéfices et les frais seront traités nor­ma­le­ment.

 

Autopublication et formalités liées à l’isbn et au dépôt légal

Si vous décidez de vendre votre livre, il faut lui attribuer un ISBN (« numéro inter­na­tio­nal normalisé per­met­tant l’identification d’un livre dans une édition donnée ») et procéder à la décla­ra­tion du livre auprès de la BNF (autrement appelé dépôt légal). Les pla­te­formes d’impression et de vente en ligne vous pro­po­se­ront de se charger de ces for­ma­li­tés pour vous. Mais il faut bien com­prendre que le numéro d’ISBN est attaché à un éditeur. Il est donc pré­fé­rable pour chaque auteur s’auto-éditant de faire lui-​même une demande auprès de l’AFNIL afin d’obtenir ses propres ISBN et ainsi être plus indé­pen­dant dans l’exploitation de son livre (un for­mu­laire pour les par­ti­cu­liers est prévu). Les démarches sont gratuites et simples puisqu’elles peuvent se faire en ligne. Il faut sim­ple­ment prévoir un délai d’attribution de trois semaines pour l’ISBN.

 

 

Scripteo vous accompagne

Scripteo est là pour vous conseiller dans votre projet d’auto-édition et pour vous apporter l’assistance édi­to­riale qui fera de votre livre un objet dont vous serez fier. C’est un simple contrat de pres­ta­tion de service qui nous lie, plus pré­ci­sé­ment un contrat de louage d’ouvrage. À ce titre, nous ne percevons aucune marge sur vos ventes. Par ailleurs, nous sommes indé­pen­dants par rapport à d’autres pres­ta­taires tels que les pla­te­formes d’impression ci-​dessus men­tion­nées. C’est cette indé­pen­dance qui nous permet justement de vous conseiller au mieux pour la publi­ca­tion de votre livre, en fonction de votre projet par­ti­cu­lier. Forts de nos expé­ri­men­ta­tions, nous vous aidons à faire les bons choix et à pro­fes­sion­na­li­ser l’édition et la fabri­ca­tion de votre livre. Alors, n’hésitez pas à nous contacter pour nous parler de votre projet. À bientôt !

 

Comment autopublier son livre ?

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.