Début d'une campagne DraftQuest : round 2

En savoir plus sur le mooc de DraftQuest : « Écrire une œuvre de fiction »

Vite, vite, vite ! On se dépêche de vous par­ler du MOOC de DraftQuest inti­t­ulé « Écrire une œuvre de fic­tion », car cette cinquième sai­son est déjà entamée. Mais pas de panique, vous avez jusqu’au 17 avril pour écrire « un pre­mier jet de fic­tion » (autrement dit un brouil­lon de petit roman).

 

Un atelier d’écriture en ligne

Le MOOC  s’adresse à des écrivants ayant déjà un pro­jet en cours ou pas. Il est un volet d’un dis­posi­tif plus vaste : la plate­forme DraftQuest créée par David Meule­mans (auteur d’une thèse sur la créa­tiv­ité artis­tique). Comme il l’explique dans cet entre­tien accordé au site Écri­t­ures numériques, avec le MOOC « Écrire une œuvre de fic­tion » David Meule­mans a imag­iné un ate­lier d’écriture dématéri­al­isé s’appuyant sur des vidéos de coach­ing lit­téraire pro­posées par des écrivains. En l’occurrence, cette année, c’est Mar­tin Winck­ler qui a endossé le rôle de prof de cre­ative writ­ing. Dans le pre­mier cours, ce dernier insiste sur l’importance pour les ama­teurs de s’autoriser à écrire, affir­mant que l’écriture, c’est « 5 % d’inspiration et 95 % de tran­spi­ra­tion ». Au pro­gramme, donc, des con­seils, bien sûr, mais aus­si des encour­age­ments et de la bien­veil­lance.

 

En savoir plus sur le MOOC "Écrire une œuvre de fiction"

L’écrivain Mar­tin Winck­ler ani­me la 5e sai­son du MOOC.

 

Participer au mooc “écrire une œuvre de fiction”

Le MOOC se déroule selon la tem­po­ral­ité suiv­ante : cinq semaines de cours dis­pen­sés par Mar­tin Winck­ler sous forme de vidéos suiv­ies cha­cune d’une propo­si­tion d’écriture (un exer­ci­ce). Puis suiv­ent cinq semaines de cours sup­plé­men­taires où David Meule­mans répond aux ques­tions apparues pen­dant les cinq pre­mières semaines. Enfin, qua­tre semaines seront con­sacrées à la réécri­t­ure du pre­mier jet. Pren­dre le cours en route est tout à fait fais­able, selon David Meule­mans que nous avons inter­rogé à ce sujet. En effet, le MOOC implique de tra­vailler en moyenne deux à trois heures par semaine. Petite pré­ci­sion sup­plé­men­taire : le MOOC est gra­tu­it, mais les dons sont les bien­venus.

 

En option : soumettre son texte pour une publication ?

Comme pour les saisons précé­dentes, les par­tic­i­pants du MOOC auront la pos­si­bil­ité de soumet­tre leur texte retra­vail­lé à un jury Librinova/DraftQuest qui en sélec­tion­nera cinq pour les pub­li­er en livre numérique via la plate­forme Lib­ri­no­va. Par ailleurs, les édi­tions Aux Forges de Vul­cain (chez qui on trou­ve notam­ment le livre Oser écrire son roman en dix min­utes par jour) créées par David Meule­mans sélec­tion­neront elles aus­si un texte pour le pub­li­er dans leur cat­a­logue. De bonnes raisons de men­er son pro­jet à terme !

 

La plateforme DraftQuest

C’est donc sur la plate­forme DraftQuest qu’on s’inscrit pour accéder au MOOC (un forum et une page face­book com­plè­tent le dis­posi­tif péd­a­gogique). Le site pro­pose un espace per­ma­nent d’écriture où créer, pub­li­er et être lu. « DraftQuest » sig­ni­fie lit­térale­ment « la quête du brouil­lon », car le but du site est de per­me­t­tre aux par­tic­i­pants de finalis­er un pre­mier jet.  En lançant une « cam­pagne » (un pro­jet), on définit un cer­tain nom­bre de paramètres : nom­bre de séances d’écriture (appelées « rounds ») ; pub­li­ca­tion en mode privé, partage­able ou pub­lic ; choix d’un univers graphique comme sup­port… On ne peut pas revenir sur ce qui a été écrit et pub­lié sur le site, de manière à ne pas être ten­té de réécrire indéfin­i­ment. L’important, c’est d’avancer dans son pro­jet et de le finalis­er. Le temps de la réécri­t­ure vien­dra après.

 

Deuxième round de ma campagne DraftQuest

Sur la plate­forme DraftQuest, à chaque “round” (ces­sion d’écriture), une image du desk (série d’images) choisi sert de déclencheur.

 

une pratique amateur de l’écriture valorisée

Résol­u­ment inno­vants, ces out­ils stim­u­lent la créa­tiv­ité de leurs utilisateurs/participants. Ils les guident égale­ment dans un proces­sus d’écriture conçu pour les aider à dépass­er le stade d’une pro­duc­tion per­son­nelle afin d’aboutir à une nar­ra­tion des­tinée à des lecteurs (c’est la dif­férence que David Meule­mans établit entre « un texte pro­duit et un texte lis­i­ble »). En con­clu­sion, chez Scripteo, on est fan de cette approche pos­i­tive d’une pra­tique ama­teur de l’écriture et c’est pourquoi on voulait vous en par­ler !

 

Enreg­istr­er

2 réflexions sur “En savoir plus sur le mooc de DraftQuest : « Écrire une œuvre de fiction »

    • Scripteo dit :

      Bon­jour,
      Intéres­sant cet entre­tien que vous avez pub­lié !
      Oui il est dif­fi­cile de car­ac­téris­er les pra­tiques d’écriture. Mais dis­ons que si l’on tente une lec­ture, on pour­rait dis­tinguer les pro­fes­sion­nels des ama­teurs.
      Le statut d’auteur pro­fes­sion­nel est lié à l’exploitation d’une œuvre selon les ter­mes du Code de la pro­priété intel­lectuelle. Les auteurs indépen­dants ne rece­vant pas de droits d’auteurs provenant de la vente d’un livre par un édi­teur ne sont donc pas à pro­pre­ment par­ler des auteurs pro­fes­sion­nels. (Ils touchent des béné­fices issus d’une opéra­tion com­mer­ciale.)
      Par ailleurs, il y a cer­tains auteurs ama­teurs pour qui la dimen­sion de plaisir est pre­mière et la moti­va­tion n’est pas for­cé­ment économique. Évidem­ment, beau­coup de sit­u­a­tions dif­férentes, qui de sur­croît peu­vent évoluer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.