Comment utiliser le hashtag

Le Hashtag #1 Définition et fonctions

 
Le hashtag fait désormais partie inté­grante de la structure de nos publi­ca­tions sur les réseaux sociaux. Pouvant occuper dif­fé­rentes fonctions et s’écrire de dif­fé­rentes manières, il mérite qu’on s’attarde un peu sur son cas pour tenter de faire le point sur les usages en cours.

 

Définition du hashtag

Le hashtag ou mot-​dièse (ou mot-​clic au Québec) est l’association du signe typo­gra­phique du dièse (équi­valent du signe de la livre sur les claviers anglo­phones) et d’un mot clé ou étiquette (« tag » en anglais). C’est une méta­don­née, c’est-à-dire qu’il permet de marquer une infor­ma­tion qu’on souhaite partager (image, article, vidéo) avec un tag la décrivant. En cliquant sur le hashtag, on fait appa­raître le flux des publi­ca­tions ayant été taguées avec le même hashtag sur le réseau social. Le hashtag peut donc poten­tiel­le­ment étendre l’audience d’une publi­ca­tion.

 

Le Hashtag, Un attribut des réseaux sociaux

Apparu sur Twitter en 2007, le hashtag est aujourd’hui uti­li­sable sur les prin­ci­paux réseaux sociaux. Ses fonctions sont multiples :

  • Le hashtag peut servir à inscrire une recom­man­da­tion dans un canal de diffusion commun à plusieurs usagers, comme le #ven­dre­di­lec­ture ou le #jeu­diau­toe­di­tion (ou plus sim­ple­ment comme on peut le faire en taguant le titre ou le nom de l’auteur d’un livre).

 

  • Un auteur peut regrouper sous un même hashtag des publi­ca­tions liées à un projet en cours, ou encore publier des extraits d’un livre avec le hashtag de son titre.

 

  • Le hashtag peut ras­sem­bler des textes produits dans le cadre d’une création col­lec­tive, comme le #webcamots que proposa Nicolas Tardy au cours d’un atelier d’écriture sur Twitter, au Zinc.

 

  • Certains hashtags sont tem­po­raires et contex­tuels comme le #topoesie des Racontars du numérique sur Twitter, mais d’autres sont appelés à durer, comme l’#instafiction sur Instagram.

 

  • Certains hashtags font direc­te­ment écho à une actualité à laquelle les inter­nautes réagissent col­lec­ti­ve­ment sur les réseaux sociaux.

 

  • On peut faire un usage docu­men­taire du hashtag en thé­ma­ti­sant, en regrou­pant et donc en archivant sur un réseau social des publi­ca­tions aux­quelles on aura attribué un hashtag personnel.

 

  • Dans un live tweet, les par­ti­ci­pants à un événement retrans­crivent les propos tenus en utilisant sur Twitter un hashtag commun, cor­res­pon­dant au sigle de la mani­fes­ta­tion.

 

  • Plus géné­ra­le­ment, ces dernières années, des hashtags liés à la défense de causes poli­tiques ont émergé, comme #BlacklivesMatter en 2013 ou récemment #onvaut­mieux­que­ça.

 

  • Enfin, sur Twitter, des sta­tis­tiques liées aux hashtags les plus utilisés reflètent les tendances prin­ci­pales (#TT : trending topics) des sujets débattus sur le réseau (par défaut, elles sont per­son­na­li­sées, c’est-à-dire liées aux abon­ne­ments et à la situation géo­gra­phique de l’abonné).

 

À suivre…

Et voici pour le petit tour d’horizon concer­nant l’usage qu’on peut faire du hashtag dans le champ des réseaux sociaux. La prochaine fois, nous nous deman­de­rons s’il existe une typo­gra­phie du hashtag ou encore si l’on peut en faire un usage poétique

 

Sources :

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.